UDPN - Actualités

À la découverte des utilisateurs de bibliothèques numériques : les résultats du questionnaire FONTE GAIA

février 2017

Février 2017
Universités Pierre Mendès France et Stendhal de Grenoble

Résultats d’une étude d’usage de la bibliothèque numérique Fonte Gaia

Le projet Fonte Gaia consiste à développer, grâce à un vaste partenariat de bibliothèques et de chercheurs, une bibliothèque numérique de référence pour les italianistes du monde entier. Fonte Gaia est un projet multipartenarial initié en 2014 par les universités Pierre Mendès France et Stendhal de Grenoble (devenues Université Grenoble Alpes au 1° janvier 2016) et le CADIST Langue, Littérature et Civilisation italienne.

Il réunit de nombreux chercheurs en études italiennes partout dans le monde, autour du projet de création d’une bibliothèque numérique scientifique et de la rédaction de ce blog.

En mai 2016, le projet Fonte Gaia a lancé la première étape de ses études utilisateurs à travers la diffusion d’un questionnaire en ligne, en vue du développement de l’interface de sa bibliothèque numérique, Fonte Gaia Bib (FGBib). Cette entreprise était animée par trois objectifs principaux :

Un objectif général d’identification du ou des publics de bibliothèques numériques, lesquels publics sont encore peu connus ;

  • Un objectif spécifique d’identification de la communauté Fonte Gaia, qui a la particularité d’être préexistante à la bibliothèque numérique à travers le blog du projet ;
  • Un objectif spécialisé, centré autour de la notion de services afin de cibler ceux souhaités par les utilisateurs, mais également de mesurer le degré d’implication de ces derniers avec les contenus.

Ces objectifs ont induit l’organisation même du questionnaire (35 questions, réparties en cinq catégories) et sa diffusion. Le projet a en effet pris le parti de publier le questionnaire sur le blog et sur les réseaux sociaux du projet afin de cibler la communauté Fonte Gaia, mais également sur des listes de diffusion et des réseaux professionnels pour élargir le nombre de répondants potentiels. Cette méthode, qui peut être qualifiée de « pêche aux utilisateurs », a permis de recueillir 67 réponses, dont les principales lignes de force sont précisées dans l’article d’Elina Leblanc.

  • Une esquisse du profil des utilisateurs de bibliothèques numériques
  • Des usages standardisés
  • Vers une bibliothèque numérique enrichie et innovante : L’avis des répondants